Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 octobre 2017

Deux coups de cœur.

Stéphane Michaka,Stéphane Michaka, ill. Clémence Pollet - Alice et merveilles.jpg
ill. Clémence Pollet :
Alice et merveilles

d'après Lewis Carroll,
musique originale et direction d'orchestre Didier Benetti.
album illustré par Clémence Pollet

Didier jeunesse, collection "Éveil musical",
livre CD 20 €

À paraître le 2 novembre 2017

Petite fille égarée dans un monde de fous où règne l’absurde et l’arbitraire, Alice ne cesse d’exercer son sens de la logique au fil de rencontres aussi absurdes que saugrenues. Ni le chat de Cheshire , ni le chapelier fou, ni la reine de cœur qui veut couper la tête à tout le monde ne se rendront à ses arguments pourtant pleins de bon sens. Voilà une belle et intelligente adaptation d’ Alice au pays des merveilles, réalisée dans le cadre des « concert-fictions » de France Culture. Stéphane Michaka n’a pu en reprendre tous les épisodes (contrainte horaire de radiodiffusion oblige), mais restitue parfaitement l’esprit non-sensique du roman. Bénéficiant de la présence de l’Orchestre national de France, et de la Maîtrise de Radio-France, la musique, entre comédie musicale et bande originale de film accompagne des dialogues enlevés, dans la meilleure tradition du théâtre radiophonique avec une distribution hors-pair : Juliette Roudet en Alice, Philippe Laudenbach en lapin blanc pressé, Jean-Paul Farré en chapelier fou.

A partir de 6 ans

 

David Sire :David Sire - Nouchka et la grande question.jpg
Nouchka et la grande question
Raconté par Serena Fisseau,
musique de Samuel Strouk,
album illustré par Soline Garry

Le Label dans la forêt, livre CD (41 minutes)19,90 €

Paru le 5 octobre 2017

La Grande question, c’est l’absence du père absent et le vide qu’il a laissé. « Comment vivre alors ? » se demande Nouchka que sa tristesse met à l’écart de ses camarades. L’écoute bienveillante de la femme de charge de l’école va tout changer. D’une histoire autobiographique, Serena Fisseau a fait une comédie musicale où chacun trouvera son compte. Beaucoup de choses y sont dites, y compris l’exclusion de celui qui subit une situation difficile. Il fallait toute la délicatesse de ce funambule du langage qu’est David Sire pour mettre des mots justes sur la résilience de la petite fille. A la musicalité du texte fait écho l’interprétation de Serena Fisseau aussi à l’aise dans la narration que dans les chansons qui font partie intégrante du récit. Finalement rien n’est triste et certainement pas la musique raffinée de Samuel Strouk servi par le violoncelle délicat de Valentin Mussou et les subtiles percussions de Fred Soul. Une même finesse se retrouve dans les images de l’album qui reprend texte de l’histoire et les paroles des chansons

A partir de 7 ans

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.